Fairy Tail The New Darkness

Nous somme en Janvier 849
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité
Pensez à voter tout les 2 heures, vous pouvez gagner des xp et des joyaux

Partagez | 
 

 Une invitation royale [Rang S][ET

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 504
Date d'inscription : 01/11/2015
Localisation : Inconnue

Feuille de personnage
Expérience :
814/2310  (814/2310)
Réserve de magie:
6600/6600  (6600/6600)
Niveau / Rang / Joyaux: Groupe: Mage de Dead Sun
Envoyer un MP

Mage de Dead Sun
Kyria Sinful
MessageSujet: Une invitation royale [Rang S][ET   Ven 31 Aoû - 21:49








Une invitation royale
Rang S

Intitulé:
 

Fiche technique

Quand est-ce que cela avait commencé ? Je ne pourrais le dire, cela remonte à si loin. Cette soif de vengeance à toujours été en moi. Il était donc normale que je mette en place un projet, aussi diabolique et fou qu'il pouvait être. Toutefois, il n'était pas question d'impliquer les membres de ma guilde, je leur en devais déjà bien assez comme ça, ajouter un fardeau de plus sur leurs épaules étaient hors de question. Cette mission était la mienne et bien que surprenant, je décidais de commencer à mettre le plan en marche.

La première étape était assez simple, mais seulement sur le théorique. Voler les plans du palais. Pas aussi évident quand on sait que le détenteur des dits-plan n'était autre qu'un mage de rang S : Alphonse Ygmar. Son point faible, sa famille. Il est marié à une ravissante femme et leur petite fille est toute aussi belle. Je me refusais de passer par le chantage, l’enlèvement et tout ce qui va avec. Cela allait laisser des traces et dévoiler trop imprudemment des informations. Il fallait y aller en douceur. Ce truc que je ne fais jamais ! L'ironie même pour ma personne, toutefois, le choix n'était pas grand.

En premier lieu je devais me rendre à Magnolia, et bien sûr sans être vue ni reconnue… autant dire que cela semblait impossible, sauf quand on possède deux outils bien particulier. Aig, une bijarme animal qui me permettrait de voler, couplé à ma bague d'invisibilité, seul l'oiseau d'acier serrait visible. Il était donc primordiale que je le peigne… un pot de peinture brune et blanche plus tard, je décidais de ne plus me fier à mon sens artistique… La bijarme avait prit une drôle de tête, et même en recommençant dix fois, je ne pourrais obtenir un résultat plus convenable… bref, il était brun au dessus et blanc en dessous, mais avec un mélange des deux très ratés sur les cotés. De près il ne ressemblait à plus rien, mais de loin, c'était passable. Heureusement que sa taille n'était pas proportionnelle à sa force, sans quoi il n'aurait peu me soulever. Non pas que je sois grosse, mais je faisais tout de même mon poids, sans oublier mon équipement. En faisant un rapide calcule, il pourrait me tenir en hauteur environ une heure ou deux. Loin d'être suffisant, cela allait tout de même être assez pour me venir en aide.

Comme à mon habitude, je partais en ne laissant qu'une lettre sur mon bureau. Pour cela, je n'étais qu'une piètre master, je n'avais jamais réussi à vraiment prévenir un de mes départs, ou du moins correctement. Franc allait sûrement encore me gronder alors que Kusla et Aliva me réclameraient plutôt des excuses ou une explication. Je n'avais pas le temps de leur expliquer avant de partir… L'information que j'attendais été arrivée, la famille Ygmar partait en vacances ! Le temps m'était compter.

Mon sac bijarme remplis, je quittais sans prévenir, j'avais certes des lacrimas de communication avec moi, histoire de pouvoir les prévenir en route, mais je ne comptais pas les utiliser. Franc viendrait en courant et Kusla aussi, sans aucun doute. Je ne pouvais pas les impliquer, pas dans cela. Je ne prenais pas une seconde de plus pour filer. Préférant garder le silence sur la destination et la raison de mon voyage.

Bagage sur le dos, je pris le bateau en me cachant majestueusement sous un manteau trop grand. Discrétion, j'avais du boulot a faire et pas le temps. J'ignorais si quelqu'un m'avait reconnu ou même remarquer, je m'en moquais un peu en fin de compte. Tout ce que je voulais, c'était entrer dans la maison, prendre les plans et disparaître. Mission suicide ? Peut-être bien, mais le danger était sur le point de partir en vacances et je pouvais gérer des mages d'un calibre de moins que moi, que nous.

Le train fut la seconde étape et le soir même j'arrivais dans la ville voulue. Telle une ombre, j'abandonnais le manteau dans une rue pour activer ma nouvelle cape d'invisibilité. Très élégante, sa durée était tout aussi pratique. Je gardais ma bague pour plus tard avant d'activer ma bijarme Aig. Ailes déployée, il n’emmena s'en mal dans les airs pour fureter dans la nuit vers la demeure. Le silence de la nuit, la beauté d'un ciel voilé, tout était parfait pour mon entrée en scène, enfin l'absence de celle ci…

Le manoir était impressionnant et je ne savais pas où se trouvait le bureau. Peut-être avait-il ranger les plans dans un coffre fort ? Je n'en savais rien, mais ils étaient là et j'en avais besoin. C'était urgent de les avoirs, de pouvoir tracer les dernières lignes sur le mur de mon bureau, là où j'avais poussé les armoires pour gagner quelques centimètres encore.

Ma bijarme me posa sur le toit d'une maison voisine. Je me glissais doucement sur la face opposée, pour ne pas être vue en attendant que la famille parte. La présence de la calèche m'informant que ce n'était pas encore le cas, il me fallait être patiente. J'ordonnais à Aig d'aller se glisser dans un arbre alors que je désactivais ma cape pour ne pas perdre une seconde. La lune avança dans le ciel, entre deux nuages. J'entendis enfin le véhicule s'éloigner. Accompagné par des chevaux, je devinais les gardes aux nombres de quatre, non cinq. Leurs niveau devaient être assez bon, ils étaient même possible qu'ils soient là pour rassurer l'épouse et la fillette.

Je me forçais a attendre que les lumières des derniers occupant se coupent. Ceux qui ne quittaient jamais la demeure de manière à ne pas la laisser vide. C'était fâcheux, car sans présence m'inviter aurait été facile, pas dans ce cas. J'avais deux options pour eux, soit les tuer sans le moindre ménagement, soit les éviter ou les assommer en cas de problèmes.

Observer encore était un choix sûr, car je pus ainsi remarquer que des gardes, deux par deux, passaient toutes les dix minutes. M'infiltrer allait être plus difficile que prévu, mais je ne devais pas perturber leur temps de passage sans quoi je serais démasquer. J'attendais le troisième tour de deux types que j'avais identifier par leurs cheveux ; Brun et Blond bouclé. Il passèrent, me laissant un coche de trois minutes pour parvenir à parcourir la distance entre moi et la maison et entrer sans laisser de trace. Court, trop peut-être ?

Ils partirent vers un coin ou je ne serais pas dans leur champ de vision, je bondis pour glisser du toit et tomber dans la rue avant de grimper le mur séparant la demeure de la rue. Un arbre m'offris un abri trop peu valable pour que je puisse m'y attarder. J'ordonnais d'un signe à Aig de me rejoindre pour le ranger avant de trouver le chemin idéale. Une trappe qui devait donner sur le sous-sol. Je m'arrêtais devant avant de tendre l'oreille pour essayer de deviner si c'était un chemin libre. Pas un bruit, j'essayais d'ouvrir, verrouillé. Une fenêtre plus haut, le temps passait trop vite, un murmure de pas et de voix venant vers moi. Plus le temps, j'activais mon anneau pour devenir invisible avant de grimper à la façade. Des gardes approchèrent et me stopper allaient être difficile, mais je n'avais pas le choix. Invisible pas silencieuse.

Figée et cramponnée du bout des doigts, je peinais à garder un souffle calme. Ils passèrent, mais laissant trois petites minutes pour arriver à l'étage. Comment monter plus haut ? Il n'y avait pas vraiment d'accroche comme pour un mur d'escalade. Un rebord à un mètre sur ma droite. Je tentais le coup, mais cela me demandait bien plus de concentration que je ne l'aurais cru. Il ne fallait pas sous-estimer un voleur !

Sauter, attraper, ne pas lâcher ! Je manquais de finir deux mètres plus bas et d’alerter par ma chute les gardes. Un rebord de fenêtre quelques dizaines de centimètres plus haut. Je fermais les yeux avant de faire la traction la plus pénible que je n'avais encore jamais exécutés. Ce fut de justesse, une fois encore, que j'attrapais le bord. Toujours invisible je me tirais contre la vitre pour voir enfn l'intérieure. L'obscurité ne m'aidait pas beaucoup, mais je distinguais une autre paire de gardes qui tournaient dans le couloir. Attentive, je tendais l'oreille avant de me risquer à ouvrir lentement la vitre. Victoire, elle ne protesta même pas. Des personnes approchèrent, le murmure de leur pas me le disaient, j'entrais et fermais doucement, évitant que la fermeture ne face plus qu'un minuscule grattement de cafard. Nouvelle réussite, j'allais devenir une voleuse redoutable, mais je devais m'écarter du chemin des nouveaux venus. J'optais pour la poutre au dessus de moi, l'obscurité allait me couvrir en plus de mon invisibilité. Pied sur un meuble, a bout de bras je me hissais avant que n'arrivent les deux hommes dans le couloir. Combien de gardes y avaient-ils ?!

Quatre dehors, quatre dedans, du moins pour le moment. Je ne bougeais plus, mais mes doigts ne voulaient pas en faire autant, mes mains tremblaient et un peu de poussières glissa de la poutre pour tomber sur un des deux hommes. Il passa juste une main dans ses cheveux alors que je retenais mon souffle. Il gronda un truc à son camarade, mais je ne voulais rien entendre d'autre que « Intrus » et «  Alerte » que je ne fis pas attention au reste. Ils continuèrent leur route comme si de rien n'était, me soulageant drôlement.

Descendre fut facile, je trouvais rapidement l'escalier pour monter et descendre les étages, je décidais de faire de bas en haut la demeure. Le bureau ne devait pas être bien loin et le plus dur serait d'éviter de me faire attraper après avoir forcé le coffre, si il y en avait un ! Je pouvais utiliser Explose avec précision pour faire sauter une serrure ou une porte blindée, mais cela ferait du bruit.

Deuxième étage, encore des escaliers. Je continuais de monter. Le dernier étage avait l'air d'une bibliothèque, mais les proportions me semblaient étranges. Je ne savais pas dire pourquoi, mais c'était comme si une partie du bâtiment manquait. Je ne voyais aucun signe des gardes et retirais donc mon invisibilité pour fouiner dans la pièce. Des vieux livres étaient ranger par ordre alphabétique, je passais en revue, me servant de mon doigts sans toucher pour lire. Un détail m'étonna, deux livres ne se trouvaient pas à la bonne place et ils étaient bien plus vieux que les autres. Je devinais un passage dérobé, peut-être était-ce des verrous d'entré ? J'observais le meuble en lui même, le sol aux pieds de ceux-ci et là… je remarquais le piège, il y avait une fine couche se sable qui dévoilait mon passage ! Faite comme un rat, ils sauront qu'un visiteur était venu, toutefois, une telle astuce était à double lame. Je frottais contre les armoires pour trouver ce que j'avais deviné. Le parquet avait été griffé par de fin grains impossible à enlever sous les meubles. Je me tournais vers les deux livres pour les tirer doucement, le premier vient sans problème, mais il avait un poids… étrangement lourd. Le second avait un rebord différent, je le retournais pour l'observer avant d'échanger leur place. Le poids enclenchait un système, l'autre désactivait le verrous. Le mur dans mon dos pivota doucement. Je découvrais alors une sorte de bureau caché avec des centaines de papier un peu partout. Jackpot ? J'avais du mal à croire que la première pioche était la bonne…

Doucement j'entrais dans l'endroit pour remarquer que les papiers étaient des dessins et pas juste des petits croquis d'enfant, loin de là ! J'attrapais le premier venu pour y jeter un coup d’œil, un temple ou mausolée en pleine ébauche. Détails précis et soigneux, très impressionnants. Je reposais celui-ci avant de me diriger vers le bureau en regardant les murs. Des armoires remplis de rouleaux, chercher allaient me prendre des heures. Heureusement, j'avais une idée d'où devait se cacher des plans si important.

Je m'arrêtais devant une armoire très belle pour le lieu, des détails raffinés et exquis qui méritaient d'être exhibés et non cachés de la sorte. Aucun doute, c'était trop beau pour être vrai. Je tentais d'ouvrir un tiroir, impossible, verrouillé. Et pas juste par n verrous, je le sentais étonnement bien, comme si quelque chose venait piquer ma chair dé que je posais la main sur ce mobilier. La seule réponse qui me vient à l'esprit fut ; Magie ? Ce n'était donc pas un simple beau meuble, il refermait bien des secret, le tout était de l'ouvrir sans abîmer le contenu. Bien qu'une carte coupée en deux restait une carte à recollé et très lisible, si un autre sort était en piège, il était fort probable qu'ouvrir l'armoire détruirait le contenu. Hors, ces plans étaient tout aussi précieux pour moi que pour celui a qui appartenait ceux-ci.

Un sourire glissa sur mes lèvres alors que je me détournais de l'armoire pour aller faire les tiroirs du bureau. L'or ne m'intéressait pas, j'en avais déjà trop… non tout ce que je voulais c'était ma vengeance ! Et je ne comptais pas la laisser de coter !

Rapidement et sans véritable excuse, j'oubliais que je ne devais faire aucun bruit, l'armoire vidée a mes pieds n'étaient pas tout a fait d'une discrétion infaillible, mais au moins, rien n'était cassé. Je comptais basculer celle-ci pour vérifier qu'il n'y avait pas de cache derrière quand j'entendis un bruit. Quelqu'un montait et ce fut le meilleur moment que choisi l'encrier pour tomber. Ce ne fut pas temps l'encre qui tâcha des plans qui m'ennuyaient, ce dur labeur gâché par ma maladresse, mais bien le son qu'il produisit en ce brisant !

Quelqu'un cris d'en bas, je pris la chaise pour la lancer dans la vitre et profitais du bruit pour ordonner à ma cape de me rendre invisible. Les gardes arrivèrent face à une salle saccagée et vide de toute personne. Du moins, visiblement ! Je m'efforçais de ne pas bouger, rester contre le meuble que je voulais envoyer au sol, m'assurer qu'ils ne me verraient pas ! Difficile, mais les trois gardes arrivés ici affirmèrent que l'intrus devaient être dehors à prendre la fuite. Quelques secondes de plus !

Je repérais enfin ce que je cherchais, juste sur le mur en face de moi, dans une boite au dessus d'une armoire, une boite avec écris dessus » PALAIS ROYAL » ! Bordel ! J'allais hurler de rage quand un homme me marche sur le pied sans le faire exprès. Il eut un moment de doute, bien assez pour que je ne l'attrape par le colle pour lui filer le coup de boule invisible de sa vie. Sans lui laisser le temps de s'écrouler, je l'envoyais sur son collègue pour bondir et attraper la boite. Une lance m'écorcha la cuisse avant que je ne puisse poser la main sur le butin. Je retenais un jappement de douleur En retombant sur mes pieds. L'objet de ma convoitise entre les mains, je poussais cette maudite boite dans ma sacoche !

Mon invisibilité était trop limitée pour que je puisse rester cachée plus longtemps ! Je sortais le bâton de combat. Signer de mon épée ce vol était stupide, bien que mon père le serrait bien assez pour ne pas comprendre qui venait de voler un bien si précieux ! Toujours était-il qu'un lancier m'avait pas manqué malgré le fait que je sois sous invisibilité. Je me tournais vers celui-ci, assez grand et mince il n'avait pas l'air ravit du tout. Je me mettais facilement à sa place.

-J'ai pas envie de foutre d'avantage le bordel ici...

-Avoue plutôt que tu sais que t'échapper est impossible!

Il m'arracha un sourire avant que je ne lui lance les papiers qui étaient au sol, au visage avec un coup de bâton. Il baissa sa lance connaissant la valeur des documents, mais laissant une ouverture parfaite pour plonger, rouler au sol et me retrouver à coté de lui. Quand il me vit, je sentis sa colère bondir son regard brillait de rage alors que je souriais, me moquant d'avantage la suite. Il tenta un coup de poing qui le fit complètement basculer vers moi alors que j'étais encore au sol. Je donnais un coup avec mon bâton pour lui faucher les jambes. Il tombe sur moi, groupie je n'avais qu'à attraper son poing pour l'envoyer plus loin. Le sable glissa sous mes chaussures et je m’étalais juste devant lui. Un autre garde arriva, la scène le laissa perplexe. Deux personnes, allongées qui se tenaient la main en étant visage face à visage et les jambes en opposés.

Un petit rire m'échappa alors que je me relevais, mais la main du lancier me retient et je manquais de tomber, sauf que j'étais plus forte que lui, je prenais position, serrant sa main avant de le lancer par dessus moi comme si il ne pesait rien. La douleur lança dans ma cuisse, mais trop tard, le jeune homme fut jeter sur son collègue. Ils tombèrent dans les escaliers si fort que j'eus mal pour eux. Les pauvres ! Depuis quand je faisais de la compassion ?

Je regardais ma plaie avant de me diriger vers une fenêtre pour la casser avec mon bâton et sauter dehors. L'air frais de la nuit m'avait manquer, combien de temps avais-je passé dans cette pièce ? Alors que je pensais m'échapper, quelque chose attrapa mon pied gauche et me tira avec force au sol. Plus que je ne le méritais, je percutais le sol avec violence. J'entendis un truc se briser, je refusais de croire que c’était un os, pourtant le douleur venant de mon bras gauche me figea un instant.

-T'es qui toi ?! Tu croyais pouvoir t'enfuir?!

La voix bouillonnait de colère. J'essayais de reprendre rapidement mes esprits. Je n'avais pas eu si mal depuis… un moment. Je me redressais en me servant de mon bras droit armé de mon bâton. Je le rangeait dans ma sacoche pour dégainer Espaza. Fini de jouer.

-Tu veux un coup de main peut-être ? Tu as l'air d'avoir mal petite, si tu me donnes ton épée, je te laisserais peut-être filer… mais pour ça, il me faudrait aussi tout le reste de tes affaires!

Doucement, ma vue se troubla. Ce n'était pas normale, je ne devais pas me sentir si mal à cause de deux misérables blessures ! Que ce passait-il ? Pourquoi ce type était-il… seul ? Les gardes étaient toujours par paire ! J'activais aussi péniblement soit-il mon Anger. Hash[magie 200] pour frapper autour de moi en pivotant sur ma bonne jambe. L'effet me permit de frapper celui que je n'avais pas vu et aussi-tôt je parvenais à mieux respirer. L'ardeur de mes blessures s’apaisaient un peu, assez pour que je laisse ma rage prendre le dessus.

-Salle garce ! Comment t'as ceux?

- Sa magie m'aurai posé un sérieux problème, si il était plus fort… mais je ne bronche pas facilement pour un membre cassé et une coupure ! Et pour ta gouverne, vous êtes toujours par paire ! .


Il se mit a faire claquer son fouet qui ondulait étrangement. Je me teins en garde avant de plier légèrement les jambes pour foncer vers lui. Il donna un coup vers la droite, mais son fouet arriva depuis le sol, comme si il était manipuler par autre chose. J'eus à peine le temps de le bloquer qu'il me poussa plus loin. L'étrange vibration dans mon épée, ce n'était pas du cuir, de l'acier ? Je n'arrivais pas à imaginer de fer se plier de la sorte.

Lancer un lacrimas pour fuir était impossible, je ne pouvais rengainer dans un combat comme celui-ci, et ses camarades allaient arriver. L'absence de mon bras gauche était un gros problème. Le choix n'était pas possible, je changeais rapidement d'armure pour Despaire et envoyait le sort Desise[magie 70], le flash de lumière allait attirer les regards, mais celui que je sais ne pouvais pas s'attendre à ça. Je profitais de l'intensité pour courir vers le mur. Fuir n'avait jamais été une possibilité, mais je devais repartir avec ces plans ! Et… et je la sentis, elle glissa sous ma peau telle une tempête s'installe devant le soleil. Silencieusement, mais indubitablement présente. K prit ma place au commandes. Elle savait quelque chose, je le sentais, mais je ne pouvais le comprendre.

Nous nous retrouvions contre l'arbre, un objet le percuta si fort qu'il bascula sur nous. 2Viter était notre seule solution et hélas, c'était un mauvais choix, car déjà les gardes nous attendaient. Un juron quitta nos lèvres alors que deux hommes armés de lances nous faisaient face. Il fallait en finir vite et frapper assez fort pour avoir le temps de partir, mais comment faire ? Celui au fouet arriva rapidement, rejoignant ses comparses. Le jeune lancier était de la partie et pas aimable pour la chute dans l’escalier.

-Tu vas me le payer !

Nous lui montrâmes notre jambes avant de sourire un peu moqueusement. Je me sentis projeté plus loin, bien plus loin. K m'empêchait de voir la suite, je ne devais plus prendre part au événement. Elle était forte et sans pitié, ce qui faisait la différence.

- T'en fais pas, c'était juste pour ça. Mais vois-tu, ton ami fouetteur va en payer bien plus cher.


La jeunot fronça les sourcils alors que son pot rit sadiquement. Un vrai dominant, malheureusement pour lui, même avec un bras en moins, K était trop forte. Elle jeta un coup d'oeil aux deux autres qui étaient derrière elle avant de souffler son sort : Furios[magie 500] L'armure Anger prit le pas à l'instant pour libérer ce nuage crépitant de perles explosives. Une partie tomba lourdement sur les deux hommes visés, le reste se mit à tourner autour d'elle. Le son de l'explosion et le souffle suffit pour faire trembler de peur les trois autres. Un sourire amère glissa sur les lèvres de K qui bondissait déjà vers l'homme au fouet. Il eut a peine le temps de parer le coup qu'un morceau du nuage lui arriva en plein visage. Ce fut un coup de lance dans les cotes, pas suffisamment fort pour percer l'armure, qui Stoppa K.

Le lancier avait plus de hargne que son partenaire qui hésita avant de donner un coup vers le visage de la mage. Elle le para d'un coup d'épée avant de frapper la lance gênante avec tant de force qu'elle échappa des mains du jeune homme. Il frappa le sol de sa paume, faisant gronder le sol avant d'envoyer K voler comme si elle n'était d'une noix. Très peu flatteur, le coup sous ses pieds lui avaient fait mal, mais pas assez pour l'empêcher de retomber sur ses pieds tel un félin. Un drôle de sens de l'équilibre était à l’œuvre, car elle due poser une main armée au sol avant de courir vers le lancier. Il attrapa son arme pour la couvrir de rocher et frapper vers elle. D'un coup d'épée, elle dévia le coup avant d'en recevoir un autre bien plus dangereux que prévu. Un autre mage était arrivé, il venait de lui lancer une flèche géante en plein dans l'épaule, la plantant au sol.

La douleur fusilla la raison et la rage, brisant tout sur son passage. Une seule urgence hurlait plus fort que tout ! FUIR ! S'échapper avec une telle blessure semblait être impossible, mais la furie comptait bien y arriver. Elle jeta un regard volcanique vers le mage ou plutôt, la femme qui lança une nouvelle attaque. Une arc minuscule entre ses mains et pourtant chaque mètres passés la flèches doublaient de volumes. L'impacte fut horrible, en plein dans la cuisse droite qui était à peine blessée. Le cris qui quitta les lèvres de K fut déchirant.

Ce fut a cet instant que Franc apparut. Il ne fit qu'une chose, téléporter K loin de ce bain de sang. La douleur eut raison d'elle, de nous… Je me souviens avoir vu le visage de mon ami penché sur moi. De l'odeur du sang qui empestait l'air. La douleur… elle était si forte…

[Mots ►+- 4 000]
[Magie utilisée ►  330x2+6x2+200+70+500= 1 442]=> magie restante  4 958/6400
[Mages blessés : 7, dont Kyria]
Kyria signalée disparue.

Codage by Lamire

_________________

GuildePrezRelaRp?AbsSon
Ma parole=#cccc00 contre la sienne=#993300

Merci Yuki, Hibari et Emma pour les signatures ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une invitation royale [Rang S][ET
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [SORTIE] L'Abîme invitation chez Kanaxai [Terminé]
» Demandes de rang
» Invitation au Chat
» Une invitation que,malheureusement je ne peux refuser(PV HC)
» Une noble invitation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail The New Darkness :: Zone RP :: Fiore Est :: Magnolia-