Fairy Tail The New Darkness


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bienvenue Invité
Pensez à voter tout les 2 heures, vous pouvez gagner des xp et des joyaux

Partagez | 
 

 Si vous pouviez vous dépêcher

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 106
Date d'inscription : 01/01/2016
Age : 21
Localisation : Se balade quelque part dans Fiore

Feuille de personnage
Expérience :
316/660  (316/660)
Réserve de magie:
4400/4400  (4400/4400)
Niveau / Rang / Joyaux: Groupe: Mage Indépendant
Envoyer un MP

Mage Indépendant
Rokoujou Kyōfū
MessageSujet: Si vous pouviez vous dépêcher   Mer 4 Mai - 7:11



18 heures, Rokoujou fait une pause sur un rocher, juste avant d’entrée dans les environs des Montagnes Cigüe, le dos chargé d’un sac plein de provisions. Son départ de Malba, sa première mission, sa rencontre avec une blonde un peu folle. Il s’en est passé des choses depuis ses débuts. Être mage n’est pas de tout repos, il a pu le constater à maintes reprises c’est certains. Son périple s’oriente maintenant vers les Montagnes Cigüe, afin de rejoindre Crocus, passer par là lui paraît le plus rapide. Il emprunte un chemin qui s’engouffre entre les parois rocheuses des lieux, puis les aboiements d’un chien lui parviennent. Il l’aperçoit arrivant depuis un virage. L’animal court, dérape et s’arrête aux pieds de Rokoujou. Il ne comprend d’abord pas ce qu’il se passe, puis voit ce bout de papier accroché au collier du chien. Il tend la main pour le saisir, mais se fait mordre les trois plus grands doigts. Il pousse un long râle de douleur en soufflant sur ses doigts désormais rouge. Il se tourne vers le fautif de sa blessure, ce dernier se gratte au niveau du cou faisant tomber le papier. Rokoujou le saisit de la main non blessé et lit le message :
‘‘Je suis blessé et coincé en bas d’une falaise, je ne peux pas bouger, si quelqu’un, de préférence un mage, peut me retrouver et m’aider avant que la faim ne m’emporte, je vous en pris. Je vous récompenserai comme il se doit.’’
La lettre n’est même pas signée. Il est clair pourtant qu’il s’agit d’un appel à l’aide et en même temps d’une mission pour tout mage trouvant ce papier. Rokoujou regarde le chien qui disparaît par là où il est arrivé précédemment.

Il l’a suivit, l’animal appartient forcément au blessé son chemin inverse va donc forcément le mené à celui qu’il cherche. Il doit cependant faire très attention. Le chien est beaucoup plus petit que lui, alors pour emprunter de fin chemin, c’est facile, mais pour Rokoujou, chaque pas doit être étudié et observer son environnement est primordial. En bas de la falaise où il se trouve, il y a des arbres aux cimes assez proches. Tomber ici n’est donc pas mortel, mais la chute doit être rude, c’est sûr. Le chien ne l’attend presque pas, parfois il jette un regard vers Rokoujou, puis repart aussitôt. Bien forcé d’accéléré le pas, Rokoujou n’a pas fait attention au rebord  rongé par l’humidité et le temps, il craque, et le fait glisser vers le vide. Rokoujou se rattrape de justesse au rebord, mais sa jambe gauche qui a dérapé, trouve une légère entaille au niveau de la cuisse. Il saisit son bâton et l’amène vers le bord, ce poids en moins lui permet de rejoindre la terre ferme plus facilement. Il s’en est fallut de peu qu’il se dit. Il reprend son chemin. Au détour d’un virage, il voit le chien à la prochaine intersection, il prend celle sur la gauche. Il faut y arriver et pourtant, ce qu’il doit emprunter n’est pas plus sécurisé que le précédent parcours. On peut l’apparenter à une sorte de pont de pierre maintenu entre deux parois. Néanmoins, ce pont compte beaucoup de trous, de zones sensibles. Avec un peu de réflexion, user de la magie peut s’avérer utile, mais il ne connaît pas la situation exact de l’archéologue, et sa réserve magique n’est pas énorme pour l’instant, il doit donc économiser un maximum. Il saute sur la première marche en pierre et se stabilise dessus, de petits craquements sont audibles, mais rien ne cède, il poursuit sa route sur encore cinq marches. Il ne lui en reste plus que quatre, il faut donc compter environ cinq mètres. Il prend appuie sur la marche actuel et se dirige sur la prochaine qui cède immédiatement, aucun moyen de se rattraper. Tant pis pour l’économie :

« - Spider silk thread (fil de soie d’araignée). »
Il envoie son fil de soie vers l’une des marches qui semblent la plus épaisse, la distance entre elle et lui, lui permet de se balancer un peu, deux ou trois fois et il se lâche allant attraper le rebord final de ce parcours. Il n’a définitivement pas de chance. Sa jambe ne lui fait pas trop souffrir, il ne ressent que de légers picotements. Il prend à gauche comme le chien et arrive à une mince corniche, on ne peut pas aller plus loin, le chien se trouve là aboyant vers le bas de la falaise. Rokoujou y jette un œil et voit un homme en bas qui ne bouge pas, c’est sûrement son client. Il regard derrière lui, en haut. La paroi est très irrégulière, un éboulement peut vite fait arriver. La distance qui le sépare de l’archéologue doit être d’une vingtaine de mètre, et pourtant son fil ne peut pas faire plus de dix mètres pour l’instant. Heureusement, en le tendant un peu, son fil peut atteindre 15 mètres, mais il risque de se briser beaucoup trop facilement. Une chute de cinq mètres reste acceptable, il décide de remédier à ce dernier recours.
« - Spider silk thread (fil de soie d’araignée). »
Il vise une pierre solidement ancré dans le sol et maintient son sort pour l’étendre au fur et à mesure de sa descente en rappel. Les hauteurs ne lui font pas peur. L’endroit où il a était longtemps retenu ressemblait à des mines, un vrai labyrinthe, mais certains endroits présentaient des précipices bien plus dangereux que ces montagnes. Il n’avait pas peur de tomber à cette époque, pour lui, le véritable danger résidait dans ses kidnappeurs sans pitié. Leur menace de les balancer au trou le faisait plus trembler que la chute. La peur transformé en haine elle-même devenue impassible, tuer ou être tuer, il n’y a plus que ça qui compte. Les dix mètres s’épuisent rapidement, son sort se stop, les deux mains sur la toile il tire pour l’étendre encore un peu. C’est alors qu’un sec relâchement de sa descente lui faire comprendre que la toile est sur le point de rompre. Il estime être encore trop haut pour tout lâcher, que faire, il n’y a rien qui puisse l’aider dans les parages. C’est ce qu’il pense jusqu’à que Kumochin, la petite araignée qui reste avec lui, traverse son visage et ses bras pour rejoindre le bout de la toile. Il aperçoit la scène, Kumochin stagne à l’endroit qui va rompre, il ne sait pas ce qu’elle fait exactement. Il regarde en bas, son client vient de voir à l’instant que son sauveur est là. Il lui fait signe et Rokoujou répond d’un pouce levé et d’une question :
« -Vous êtes ici depuis combien de temps ?
-Bientôt une journée, je suis tombé dans la matinée, apparemment vous êtes la seule personne à être passé par-là aujourd’hui.
-Tu m’étonnes. Se susurre-t-il. »
Les environs sont réputés pour être dangereux, seuls les plus téméraires osent s’approcher des montagnes, Rokoujou n’en a rien à faire lui, ça raccourcit son chemin vers Crocus alors autant passer par là. Cet homme a eu de la chance que Rokoujou décide de prendre cette route, sinon il serait mort de faim avant qu’on ai pu le retrouver. Se doutant que l’homme doit avoir faim, Rokoujou retire lentement son sac de son dos et le laisse tomber aux pieds du blessé en lui disant :
« -Buvez et mangez.
-Vous êtes sûr ?
-Si je vous le dis.
-Un grand merci à vous. »
L’homme se nourrit et Rokoujou attends.
Il tient une bonne heure comme cela, mais ses bras commencent à fatiguer. Il ne compte pas descendre sans Kumochin, c’est ce qu’il se dit. C’est pour cela qu’il remarque seulement maintenant que la toile balance moins et qu’il se stabilise mieux. Prenant appuie avec ses pieds sur la paroi depuis le début, il tire un peu sur le fil et remarque une meilleur solidité. Il regarde en haut, la toile abimé semble mieux se porter, elle a été comme renforcé. Kumochin redescend pour revenir dans ses cheveux. La supposition tendant vers la coopération de l’araignée pour l’aider devient une réalité plus il y pense. Il sourit et continue d’étendre un peu le fil. Il ne reste que trois mètres lorsque le fil ne peut vraiment plus descendre. Il se laisse tomber à côté de l’archéologue qui n’en finit pas avec les remerciements.

« -On est loin d’être sortit monsieur, et puis... »
Il regarde le ciel noir laissant tomber sans prévenir sa pluie torrentielle.
« -Et merde…
-La pluie, mais il faisait beau il y a deux minutes. Se dit l’archéologue.
-Peu importe, la roche va devenir très fragile, si on ne part pas d’ici tout de suite… »
Il ne peut finir sa phrase que de petits cailloux lui cognent la tête. Même Kumochin regarde entre deux mèches de cheveux et observe le sommet d’une montagne qui se fissure et menace de tomber sur eux. Rokoujou attrape son bâton et le passe dans les bretelles de son sac, il tient le bâton à l’horizontal dans son dos et demande à l’homme de s’accrocher à son dos, là où il pourra le tenir, lui et le matériel. Il s’engouffre entre les arbres et entend de sourds chocs, prévenant d’un éboulement. Il finit par arriver au bout de cette rangé d’arbre, mais face à un mur, la sortie se trouve sur sa droite à quelques mètres, cependant la terre coule à cause de la pluie, les roches mêlés à la boue. Rokoujou se hâte d’arriver à la sortie. Sa course atteint l’heureuse fin, mais elle est vite rattrapée par le torrent boueux. Emporté dedans, Rokoujou dit à l’archéologue de s’accrocher encore plus, ce qu’il fait. Rokoujou utilise une main :
« - Spider silk thread (fil de soie d’araignée). »
Son fil s’accroche à la première paroi et lui permet de s’extirper de la boue. Il est projeté à cause des rapides et se dirige vers une pente. Il use d’un autre sort :
« - Silk – Gloves (fil de soie – gants) »
S’accrochant à cette paroi oblique, il ne bouge pas d’un pouce de peur de laisser tomber ne serait-ce l’homme ou les provisions. Il dit aussi à Kumochin de s’abriter dans ses vêtements si les cheveux ne suffisent pas, et c’est comme si elle le comprend qu’elle se réfugie jusque dans sa poche de pantalon en passant sous son T-shirt.

La tempête se termine une petite heure plus tard, il peut enfin descendre de son perchoir épuisé de son périple. Il se rend tout de même à la sortie complète du domaine des Montagnes Cigüe, la route est plus droite et sûr.
Il dépose le blessé contre un mur et lui, s’assoit sur une grosse pierre traînant par-là, harassé et surtout sale. L’archéologue ne finit pas de le remercier encore une fois et sort de sa poche une pierre qu’il dit semi-précieuse et dont il n’est aucunement certain de pouvoir revendre où que ce soit, ainsi que 150 joyaux. Rokoujou accepte évidemment le tout et prévient l’homme qu’il tient à prolonger cette mission. Le blessé ne comprend pas.

« -Vous êtes blessé, je ne m’y connais pas en soins. Je vais vous emmener à Crocus avec moi et on vous soignera là-bas. C’est une initiative personnel, pas là peine de me récompenser pour ça.
-Vous êtes vraiment trop bon monsieur.
-Si vous le dites. Vous ne voudriez pas me connaître d’avantage si j’étais à votre place. Je tiens juste à préciser, je vais devoir faire un détour de quelques jours vers la forêt Mikage, je ne serais pas long. Je vous laisse une grande partie des provisions.
-Ce que vous faites déjà maintenant m'est d'un grand secours, faites donc votre course »
Rokoujou reste silencieux un long moment en fixant ses mains, il se dit que le chemin va encore être long. Ce qu'il doit vérifier à la forêt lui semble désormais capitale. Il est certain que les voyous qu'il a rétamé avec la blonde folle, était présent le jour où il s'est fait battre par un mage d'eau arrogant dont il veut se revanche. Il a décidé d'y retourner et de mettre ça au clair.[/color]

_________________
La Folie:
 


Ma couleur dialogue : #009900
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.facebook.com/Rokoujou/?ref=bookmarks
 
Si vous pouviez vous dépêcher
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Engagez-vous, Rengagez-vous, qu'ils disaient...
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Vous dirai-je « tu », ou bien me diras-tu « vous » ? »
» Aimez vous lire ?
» Aimez- vous les frites ? Vous en privez-vous ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail The New Darkness :: Zone RP :: Fiore Centre :: Montagnes de Ciguë-